image

 

Mon dernier mot...


Je suis venue au Vietnam pour découvrir ma terre d'origine.

 

Je n'ai pas eu le résultat escompté quant à mes recherches pour retrouver des photos de l'orphelinat où j'ai vécu mes trois premières années à Vinh Long. Sur le moment, j'en ai été extrêmement affligée.

 

Tel un puzzle, il me manquera toujours les pièces principales de ma première vie. Je suis consciente que je ne les retrouverai pas mais ce voyage entrepris avec les trois amours de ma vie, m'a permis de leur faire connaître mes racines. C'est aussi celles de Luana et Estelle.

 

J’ai voulu partager avec vous tous, une partie de mon histoire, à travers ces différents récits.

 

Je crois au destin! s'il n'y a aucun résultat probant, c'est m'encourager à vouloir regarder devant moi. Ce cocon tissé au fil des années me satisfait amplement, être entourée de ma famille, mes amis.

 

Plus rien ne me relie à mon pays d'origine sauf mon physique me rappelant d'où je viens. Je suis très éloignée de ces senteurs que j'ai pu humer du nord au sud. Ce mode de vie est aux antipodes de ma manière de vivre.

  

De ce pays, j'en retiendrai toute l'étendue de la beauté des paysages, leur manière de vivre si différente de la mienne, leur philosophie bravant toute situation inextricable.

 

Quarante-neuf ans plus tôt, j'ai quitté les affres d'une guerre sans merci que se livrait le Vietnam tout entier et quarante-neuf ans plus tard, le constat est sans appel, mon pays c'est La Suisse.

 

Il m'a fallu des années pour concrétiser ce voyage dont le projet a été tant de fois retardé. Mes hésitations, mes craintes l'ont accompagné jusqu'à la dernière minute.

 

Un mois passé au Vietnam au rythme intensif. Ce n'est qu'une infime partie visitée dans ce pays comptant plus de nonante millions d'habitants.

 

Une quinzaine d'hôtels au programme, neufs changements de vol, un nombre incalculable d'endroits visités, des kilomètres avalés mettant à mal mes pieds en compote, des transferts en train, en bateau, en pirogue. Des promenades en vélo, en cyclo-pousse, en tuk tuk, des centaines de kilomètres en bus privé ainsi que des centaines de photos immortalisant chaque moment opportun de ce voyage peu commun.

 

Pour moi, il est temps de rentrer au bercail emportant dans mes valises le souvenir d'un voyage grandiose que je ne pourrai oublier.

 

Quant à mes impressions personnelles, elles sont et seront enfouies tout au fond de mon jardin secret.

  

Roseline